À 30 min de Fontainebleau, un imposant château du 18e s.,
ses dépendances et son parc.
Fontainebleau, SEINE-ET-MARNE ile-de-france 77300 FR

Situation

Aux confins de l’Île-de-France, à la limite entre la Seine-et-Marne et l’Yonne, et aux portes de la Bourgogne, la propriété se situe aux bords d’un village. Au cœur du paysage rural du Gâtinais, il est cependant aisé de rejoindre la capitale soit par l’autoroute A5 en 1h30, soit en train, en 1 h, grâce à une gare se trouvant dans la commune voisine, à 5 km. Sens et Fontainebleau ne sont qu’à 30 min environ, ainsi que des villes de tailles plus réduites.

Description

En position dominante, le château révèle une vue sur l’échappée du bocage gâtinais. À l'avant, le jardin, composé de larges parterres de pelouses, dévoile des vues dégagées sur la campagne en contrebas. Il est prolongé à l'arrière par la partie boisée. Le bâtiment principal, au centre, de forme rectangulaire, fait face à une grille d'entrée en fer forgé qui s’ouvre sur le parc d’environ 10 ha. Une partie est constructible. Un peu plus loin, à l'est, se trouvent les bâtiments de dépendance en forme de V autour d’une cour plane. Ils possèdent leur propre entrée sur le village et sont suivis de quelques bâtiments techniques. Des chemins gravillonnés permettent la circulation et le stationnement des véhicules.

Le château

Daté du 18e s. et reconstruit sur l'emplacement d'un château féodal, il est la propriété de la famille de Paris jusqu'au 19e s., période pendant laquelle il a été remanié. Par la suite, il est transmis en 1934 à la congrégation des Oblats de Marie Immaculée qui l'ont aménagé en un imposant séminaire.
De forme rectangulaire, sous une toiture brisée en ardoise, le corps principal, flanqué de deux pavillons en légère saillie, est composé de six travées, dont les deux du milieu sont coiffées d'un fronton circulaire percé en son centre d'un œil de bœuf. L’escalier de son perron est agrémenté d'une rampe en balustres de pierre de forme arrondie qui rehausse le rez-de-chaussée de quelques degrés. De chaque côté, les portes-fenêtres sont rehaussées de mascarons entourés d'éléments végétaux. La façade en pierre enduite est percée de nombreuses fenêtres à la française ou croisées dont les encadrements sont en brique, dessinant un habile contraste de couleurs. Les chaînages d'angle sont en pierre. À l'arrière, le rez-de-chaussée est pourvu d'une galerie ajourée d'arcades en plein cintre.
Le château propose environ 1800 m2 habitables répartis sur trois niveaux et un sous-sol.


Rez-de-chaussée
Les entrées sont nombreuses : à l'avant, à l'arrière et sur le pignon est. Dans le hall principal, témoignage d'un riche passé, un majestueux escalier d'honneur en pierre deux quarts à deux paliers ceinturé d'une rampe en fer forgé et éclairé par un lustre et des vitraux dessert le premier étage. Le coffrage de la paillasse est sculpté de motifs du 19e s. Un damier de marbre noir et blanc couvre le sol. Une double-porte ouvre sur un immense espace de réception d'environ 300 m2, lumineux avec vue sur le parc, parquet à l’anglaise, constitué de quatre pièces dont une de 110 m2. À l'arrière, se trouve toute la partie cuisine professionnelle aménagée et équipée. Des sanitaires, un ascenseur et un escalier de service viennent compléter le niveau.
Premier étage
Le niveau dispose d'un palier qui distribue d'un côté un spacieux bureau, parquet "Versailles", agrémenté de bibliothèques et d'une cheminée incorporée, manteau et chambranles en bois, surmontée d'un trumeau miroir encadré en chêne sculpté, ainsi que des toilettes. De l'autre côté, une porte s'ouvre sur un long couloir, parquet à l’anglaise, avec de part et d'autre huit suites, sol en moquette, mezzanines à garde-corps également parquetées à l’anglaise, salle d'eau et toilettes. Le couloir débouche sur le palier ouest où se trouve l'ascenseur, l'escalier en chêne, un local technique, une suite et un accès à quatre autres spacieuses suites avec mezzanines.
Deuxième étage
L'arrivée au niveau se fait par l'escalier en chêne, celui de service ou l'ascenseur. Il propose 18 chambres, sol en moquette, avec salle d'eau et toilettes.

Bâtiments de dépendance

En forme de V, le long bâtiment est fait de pierres enduites et de briques, avec chainages d’angle en briques. Son architecture rappelle celle du château. La partie centrale de forme rectangulaire est encadrée de deux ailes dont les toitures brisées en ardoises à la Mansart sont percées de lucarnes à toit bombé et d'oeils-de-bœuf. Il est ouvert au centre d'une porte charretière débouchant sur un local en arrière-cour qui accueille, entre autres, la cuve à fuel.
Le bâtiment présente, une surface habitable d'environ 1000 m2 répartis sur deux niveaux et un sous-sol.
Un peu plus loin, deux autres bâtiments : la chaufferie et un entrepôt de rangement, aussi local à poubelles.


Rez-de-chaussée
Le niveau présente deux salles de réception, une salle de cinéma, une salle de sport, un sauna, un salon avec cheminée, une lingerie, une buanderie, différentes pièces de rangement, un bureau et des toilettes.
Premier étage
Il propose quatre appartements. Le premier comporte trois chambres, une salle d'eau, une salle de bains, une cuisine et des toilettes. Un autre appartement composé de deux chambres, une salle d'eau, des toilettes. Un troisième de 25 m2 et un dernier d'environ 51 m2. La partie centrale développe 10 chambres avec douches et toilettes. Une pièce d'environ 29 m2 et des toilettes complètent l’étage.

Le parc

Constitué de bois et de prairie, il s’étend sur environ 10 ha. Il a été aménagé au 19e s. par le grand paysagiste du Second Empire Jean-Pierre Barillet-Deschamps, qui fut le jardinier en chef du service des promenades et plantations de la ville de Paris et auquel on doit notamment l’aménagement des bois de Vincennes et de Boulogne, des Buttes Chaumont et du Parc Monceaux. Le parc a été planté, à cette époque, d’arbres rares venus des quatre coins du monde : séquoias, ginkgos, cèdres, sophoras, noyers d’Amérique, douglas et pins qui côtoient des chênes séculaires.
Aujourd'hui une parcelle d'environ 8600 m2 est constructible au regard d'un projet lié au château.

Ce que nous en pensons

Innombrables chambres et suites, appartements et salles de réception, parc de 10 ha, le tout dans un château et ses dépendances à l’architecture des 18e et 19e s. aux abords de l’Yonne gâtinaise, la propriété semble le lieu idéal pour perpétuer la tradition des séminaires lancée par les Oblats de Marie Immaculée. Cependant, le lieu pourrait tout aussi bien se prêter à de nombreux autres usages : retraites, école privée dotée d’un internat (le lycée le plus proche est à Fontainebleau, à 30 min), hôtel, séminaires d’entreprises, etc. Sa proximité avec la capitale, aux confins de l’Île-de-France, et aux portes de la Bourgogne, pourrait jouer un rôle essentiel pour sa future fonction.
Les 8600 m2 de terrain constructible, situés dans le parc en contre-bas du château, laissent la possibilité d’ériger un ou plusieurs autres bâtiments pour un projet lié à celui du château.

2 900 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 731603

Surface cadastrale 12 ha 81 a 11 ca
Surface du bâtiment principal 1844 m2
Nombre de chambres +20
Surface des dépendances 1398 m2

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Fontainebleau et alentours


Gilles Baleria +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus