Dans un hameau à 15 min d'Angoulême,
une vaste demeure du 18e s. à restaurer, et son jardin de presque 4000 m2
, CHARENTE poitou-charentes FR

Situation

Dans un paysage sinueux où alternent champs, prairies et bois, notamment une vaste forêt non loin de là, lieu de chasse de François 1er, la demeure se situe dans un hameau à proximité d'un village avec tous commerces à 15 min au nord d'Angoulême. Le pays est riche en ménils et bourgades animés ainsi que de remarquables églises remontant au 12e s. La luminosité caractéristique de la région illumine les moellons taillés et pierre de taille calcaire, matériaux dans lesquels sont construites la plupart des demeures du pays.
Une zone commerciale est à moins de 10 min et le centre d'Angoulême et sa gare mettent la propriété à 1h50 de Paris grâce au TGV. Facile d'accès, elle n'est également qu'à 10 min de la N10 reliant Bordeaux - Angoulême - et N 141 vers Poitiers. Ainsi, elle ne se retrouve plus qu'à 4h30 de Paris en voiture.

Description

Derrière les gracieux motifs floraux du portail, se découvre un ensemble de bâtiments hétéroclites organisés autour d'une cour gravillonnée. Au 18e s., la demeure était la propriété d'un bourgeois fortuné, plus riche que les seigneurs des alentours. La construction principale, massive, est un long et haut bâtiment avec un retour en équerre au nord qui domine une immense forêt au loin à l'est. D'environ 450 m2, est complétée par ses nombreuses dépendances à l'architecture typique des vieilles demeures charentaises et, à l'arrière, par son jardin entretenu de presque 4000 m2.

La demeure

Mêlant moellon à tête vue et enduit, le tout ajourée de fenêtres oblongues ou à la française à petits carreaux avec volets blancs - parfois fortes de vasistas ou de châssis de tympan -, les façades s'élèvent sur trois niveaux. La bâtisse est coiffée d'un toit à deux pans et faible pente recouverts de tuiles canal en terre cuite. L'architecture typiquement charentaise de la demeure est soulignée par les entrées, à l'est et à l'ouest, moulurées. Leurs corniches servent d'appuis aux fenêtres de l'étage.


Rez-de-chaussée
La massive porte d'entrée en bois, sculptée de motifs géométriques et surmontée d'un tympan, ouvre sur une pièce traversante aménagée en cuisine et salle à manger. À gauche, une cheminée provenant possiblement d'un autre logis, richement taillée, rappelle l'histoire du lieu. Elle affiche une ornementation faite de deux écus accolés et d'un heaume à lambrequins. Les chevrons en chêne soulignent la hauteur sous plafond.
Au fond, un couloir avec un escalier et, à droite, une pièce aux murs marquetés sur la partie basse, parquet au sol, avec salle d'eau adjacente. Sa cheminée engagée, trumeau peint d'une corbeille de fruits surmontée d'une guirlande de fleurs, présente un foyer de briques, un manteau sculpté de motifs floraux et une plaque de cœur ouvragée représentant un campement militaire antique.
Une petite porte à côté de l'escalier crée un passage à l'arrière. Là, à droite, une grande volée de marche menant à la cave et la grande pièce d'angle forte de sa cheminée et de son chauffe-plat en pierre calcaire de Charente. Le sol est en pisé ou "cœurs de demoiselles". Celui-ci se retrouve également dans la pièce en retour disposant d'une entrée et d'un escalier en chêne aux balustres rares.
Premier étage
Du côté sud, le palier dessert quatre chambres dont deux avec des cheminées de style Louis XV décorées de peintures à l'italienne représentant des paysages champêtres. Au nord, depuis le rez-de-chaussée, un escalier tournant en bois mène à une grande pièce d'angle ornée d'une cheminée peinte représentant Saint Hubert en contemplation devant un cerf. L'autre pièce dans le retour situé à l'est présente un parquet à l'anglaise, des murs couverts de papier peint, une vue sur l'horizon et une cheminée au foyer de tomettes. Tout comme son manteau et ses chambranles, son trumeau peint est encadré de marbre.
Deuxième étage
En surcroît, caractéristique des demeures charentaises, sa lumière lui est apportée par les petites baies oblongues situées sur tout son pourtour. La rénovation permettra de retrouver de vastes surfaces agrémentées de poutraisons en chêne.
Les caves
Voûtée, en pierres apparentes, elles mesurent environ 30 m2. Avec puits de lumière, en arc surbaissée et bâtie à même la roche qui affleure au sol, elles sont l'endroit idéal pour entreposer et conserver le vin.

Les dépendances

Comme la demeure, elles sont en moellons taillés coiffés de toitures de tuiles en terre cuite.
À l'est, de part et d'autre de l'entrée, un garage sur la gauche et à droite, un four à pain occupe la majeure partie d'un petit bâtiment servant également de rangement.
Dans l'angle, entre l'édifice principal et le garage, est accolé un petit cabanon en pierre sous-toit à un pan en tuiles locales. Son esthétique est allégée grâce à un angle à pan coupé. Il abrite le puits et la chaufferie.
Au nord-ouest, l'ensemble jouit d'une grange d'environ 70 m2 dans le prolongement de celle du voisin.

Ce que nous en pensons

Sous la poussière et l'enduit, repose la demeure d'antan, avec ses pierres de taille, ses parquets lumineux, ses cheminées décorées et bariolées avec finesse. Sous la douce lumière charentaise, non loin de la grande forêt où jadis chassait François 1er, la propriété veille sur l'horizon telle une vieille tour de guet chargée par l'âge mais forte d'un héritage pluriséculaire.
Dans l'attente d'une restauration, d'un nouveau cap et d'un retour à la jeune fougue des premiers printemps, demeure la possibilité d'habiter sur place dans quelques pièces encore en état.

Vente en exclusivité

480 000 €
Honoraires à la charge du vendeur


Voir le Barème d'Honoraires

Référence 245729

Surface cadastrale 3694 m2
Surface du bâtiment principal 450 m2
Nombre de chambres 5

Voir le Diagnostic de Performance Energétique

Conseiller
Sud Charente


Ariel Dormeau +33 1 42 84 80 85

contacter

Partager

envoyer à un ami Pinterest linkedin Facebook

NB: Les informations mentionnées ci-dessus résultent de notre visite sur place, mais également des informations reçues du propriétaire actuel de ce bien. Elles n’ont vocation ni à l’exhaustivité, ni à une stricte exactitude notamment quant aux surfaces relevées ou aux époques de construction. A ce titre, elles ne sauraient engager notre responsabilité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus