5/7 retour

Rémy Marlot



Né en 1972, vit et travaille à Paris.

  • 1: The Valley, Bad Ems II # 4 - Photographie couleur, tirage type chromogène contrecollé sur PVC 104 x 80 cm

  • 2: The Valley, Paris, Jardin des Plantes - Photographie couleur, tirage type chromogène contrecollé sur PVC 104 x 80 cm

  • 3: The Valley,Paris, Jardin des Plantes - Photographie couleur, tirage type chromogène contrecollé sur PVC 104 x 80 cm

  • 4: The Valley, Bad Ems II # 2 - Photographie couleur, tirage type chromogène contrecollé sur PVC 104 x 80 cm

  • 5: The Valley, Pougues-Les-Eaux - Photographie couleur, tirage type chromogène contrecollé sur PVC 104 x 80 cm

Communiqué

Pour son exposition personnelle chez Patrice Besse, le photographe et vidéaste Rémy Marlot dévoile pour la première fois à Paris, un ensemble de photographies de sa série « The Valley ». Présent sur la scène européenne depuis une dizaine d’années, le photographe soutenu entre autre par les spécialistes
de la photographie Quentin Bajac et Michel Poivert, expose également cet hiver, à la galerie Gourvennec Ogor de Marseille, au Musée Malraux du Havre, à la galerie Photo du pôle Image Haute-Normandie de Rouen où sont montrées pour la première fois ses onze monumentales « Black churches ».
Dans la série « The Valley », Rémy Marlot s’est attaché à reconstituer l’idée d’une vallée imaginaire, la sienne, à partir de vues parcellaires photographiées dans des lieux aussi variés que les bordures de la Forêt noire, le massif du Morvan, la ville de Saint-Claude ou Paris. Au travers d’une esthétique ultra-contemporaine du délabrement et de l’envahissement de la cité par la nature, il explore inlassablement le mythe de la cité perdue.
Rémy Marlot entremêle ainsi les notions de Nature et de Culture pour mieux offrir l’image crépusculaire et poétique d’un monde en ruine. Ici le temps et l’homme n’ont plus leur place. Le regard s’accroche aux teintes subtiles de la végétation, à la recherche merveilleuse des dégradés de verts et des bleus profonds, à la confrontation magnifiée de la nature et d’éléments d’architecture. Ces non-lieux comme aussi cette quête de lieux anciens marqués par l’histoire, en appellent à la peinture flamande comme au paysage romantique dans la subtilité des couleurs et des plans, dans les compositions et l’absolue sensibilité de la lumière. Avec une rareté extrême, dans ses séries musicales, chargées d’émotion et de mystère, d’une certaine « inquiétante étrangeté »selon Freud, Rémy Marlot réussit à rapprocher aussi bien des recherches sur l’installation, le Land art et la peinture classique et abstraite proche du all over. Le photographe invite au fil des images, de cette recherche de moments d’exception, à parcourir « sa » Valley où il évoque certes la fin d’un monde, mais aussi un univers où règnent toujours le calme et l’apaisement. Par la beauté de ses photographies, sans nul doute, Rémy Marlot en appelle aussi à un « nouveau monde » et prône, par la virginité de ses visions le renouveau du cycle de la vie.
« « J’essaie de traduire le sentiment de beauté et de solitude que j’éprouve à cet instant », résume Rémy Marlot lorsqu’il est interrogé sur ses motivations. Nul dessein véritablement documentaire n’anime son propos, mais bien plutôt une volonté de rendre compte de manière expressive, par-delà l’enveloppe extérieure des sujets photographiés, d’un genius Loci, celui du sentiment magique secrété par le lieu » (Quentin Bajac, catalogue monographique consacré à Rémy Marlot aux éditions Analogues, 2009)

Commissaire de l'exposition chez Patrice Besse
Anne Kerner, journaliste, critique d’art, commissaire d’exposition.
Créatrice du site d'art contemporain " Ouvre tes yeux"
http://www.ouvretesyeux.fr/


En savoir plus

Rémy Marlot est né en 1972, il étudie la photographie auprès des conservateurs du musée Nièpce à Chalon-sur-Saône. Après une formation aux Beaux-Arts de Dijon et en Histoire de l’Art à la Sorbonne, il oriente une partie de son travail vers la représentation de l’architecture. Ses oeuvres sont présentes dans de prestigieuses collections (FNAC, Lhoist) en France comme à l’étranger, où il expose régulièrement son travail.
Sélection d’expositions récentes :
2011 : FRAC Haute-Normandie, Sotteville-lès-Rouen / Galerie Gourvennec Ogor, Marseille. Musée Malraux, le Havre.
2010 : Centre de photographie, Lectoure / Arp Museum Bahnhof Rolandseck, Remagen / Les rencontres d’Arles.
2009 : Musée de L’Abbaye, Saint-Claude / Studio La Città, Vérone / Galerie Heike Strelow, Francfort.
2008 : Kunsthalle, Mayence / Nuit blanche, Paris.
Rémy Marlot est représenté par la galerie Heike Strelow à Francfort.

http://www.remymarlot.com/

contacter

1

2

3

4

5





En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus